Les Bronzés, « Les Spécialistes », « Tandem », « Ridicule », « La Fille sur le pont »… Tant d’œuvres cinématographiques mémorables et pourtant si différentes les unes des autres. Patrice Leconte est un réalisateur unique dans le cinéma français. Il est bien souvent là où on ne l’attend pas. Alors que Patrice Leconte, l’écrivain, vient de sortir son 5ème roman, « Monsieur Bouboule« , il est également le personnage principal d’une bande dessinée « Patrice Leconte fait son cinéma » avec Joub et Nicoby. En 2022, nous le retrouverons sur le grand écran pour son prochain film « Maigret et la Jeune morte » – Première collaboration avec Gérard Depardieu.

Entretien.

 

 

En 1975, vous avez réalisé votre premier film « Les vécés étaient fermés de l’intérieur » co-écrit avec le dessinateur de bandes dessinées Marcel Gotlib. Le tournage s’est mal passé avec notamment Jean Rochefort. A la sortie du film, les critiques ont été très mauvaises. Comment en tant que jeune réalisateur, vous avez pu survivre à tant de mésaventures ?


.
.
.
.

Il est vrai que le film « Les vécés étaient fermés de l’intérieur » aurait pu être mon premier film et mon dernier.

Avec Gotlib, nous nous entendions tellement bien que nous rêvions de faire du cinéma ensemble. Nous étions dans le domaine de la parodie dans lequel Marcel excellait. De plus, nous reprenions plus ou moins sesvécés personnages, Bougret et Charolles.

Je faisais certes de la bande dessinée mais mon objectif était de faire du cinéma. Mais lorsque vous réalisez votre rêve en devenant réalisateur mais que cela devient peu à peu un cauchemar….c’est terrible. Malgré la participation d’acteurs comme Jean Rochefort ou Coluche, le film a été un échec total.

Il fut même difficile de remonter en selle. Trois ans après la sortie des « Vécés étaient fermés de l’intérieur », j’ai connu une période gris foncé. J’étais un jeune marié, père d’une petite fille mais sans un rond et sans vrai projet. J’ai écrit un scénario que j’ai proposé à la troupe du Splendid. Nous avions à peu près le même âge, nous nous entendions bien et ils me faisaient tellement rire. Un producteur venait de leur proposer d’adapter leur pièce de théâtre « Amour, coquillages et crustacés » au cinéma. Le Splendid, ayant aimé l’humour des « Vécés étaient de l’intérieur », m’a proposé alors de réaliser leur film. 

.
.
.
.

Le Splendid vous a-t-il sauvé des eaux ?

.
.
.
.

Je leur dois en effet beaucoup. Sans la réalisation des « Bronzés » (1978), je ne sais pas si ma carrière aurait pu être celle que j’ai eue. Je n’étais pas au fond du trou mais je n’avais pas un moral d’acier. Le Splendid a vraiment souhaité que je devienne le réalisateur de leur film. Le producteur voulait pourtant imposer un metteur en scène confirmé comme Claude Zidi, Edouard Molinaro ou encore Coluche. Un réalisateur aurait même proposé d’adapter la pièce au cinéma mais sans le Splendid (!). Avec moi, la troupe était assurée que ce serait notre film. 

.
.
.
.

Vous avez participé au scénario des « Bronzés ». Quel est le personnage qui vous ressemblait le plus ?

.
.
.
.

Probablement Jean-Claude Duss joué par Michel Blanc. Pas tellement son personnage qui enchaînait les échecs avec les filles mais j’avais une affinité avec lui. D’ailleurs, j’ai continué à réaliser des films avec Michel Blanc. Nous avons voulu développer nos idées ensemble.

.
.
.
.

duss

.
.
.
.


Peut-on imaginer un quatrième film des Bronzés ?

.
.
.
.
Je ne pense pas. Mais attention. Lorsque nous avons réalisé le premier, nous n’imaginions pas en faire un deuxième. Avec « Les Bronzés font du ski » (1979) ce fut la même chose. Christian Fechner, le producteur des « Bronzés 3 : amis pour la vie » (2006), nous avait dit que si nous devions faire un quatrième volet il fallait le faire dans la foulée. Cela ne s’est pas fait…

J’ai tout de même un rêve absurde : Tourner un quatrième film avec plus d’auto-dérisions, pourquoi pas en noir & blanc et dans une maison de retraite (à la façon du film « La fin du jour » de Julien Duvivier). Je vois les personnages très méchants à la Tatie Danielle. Les acteurs ne sont toujours pas assez vieux donc, nous verrons…

.
.
.
.

Vous n’avez pas marre que l’on vous dise : « J’ai adoré le « Père Noël est une ordure » (1982) » alors que vous n’avez pas été le réalisateur ? 

.
.
.
.
.

Au début, je rectifiais en rappelant que c’était Jean-Marie Poiré qui l’avait réalisé. A présent, comme c’est un très bon film, je réponds merci.

.
.
.
.    

Dans les années 80, vous enchaînez les comédies puis vous réalisez le film d’action « Les Spécialistes » (1985) avec Gérard Lanvin et Bernard Giraudeau. Est-ce une œuvre qui est marquante dans votre carrière ?

.
.
.
.

On me dit que c’est le film suivant, « Tandem » (1987), qui m’a donné envie de plus de libertés. Le vrai tournant c’est « Les Spécialistes ». Sur la proposition du producteur Christian Fechner, j’ai accepté de réaliser ce film d’action sur la Côte d’Azur. J’ai saisi l’occasion car cela me permettait de sortir du genre de la comédie. Fechner m’a ouvert les yeux sur un éventail de possibles. Sans « Les Spécialistes », je pense sincèrement que si je m’étais astreint à tourner des comédies toute ma vie, je serais sûrement aujourd’hui sec au niveau de l’inspiration. 

.
.
.
.

leconte spé

.
.
.
.

Les personnages de « Tandem », Rivetot (Gérard Jugnot) et Mortez (Jean Rochefort), comme des Sancho Pança et Don Quichotte de l’autoroute française ?

.
.
.
.

Qui est le maître ? Qui est le valet ? Qui est le malade ? Qui est l’infirmier ? Comme Don Quichotte, Mortez est prêt à affronter des moulins à vent. Rivetot a la lucidité de Sancho Pança. 

C’est un film difficile de temps en temps car on a de la sympathie pour ces deux paumés. Cependant, la fin est heureuse.

.
.
.

Michel Blanc vous a accompagné dans le comique mais aussi dans le tragique avec « Monsieur Hire » (1989)…

.
.
.
.hire

Je ne crois pas qu’un réalisateur ou un acteur puisse être monochrome. Lorsque j’ai proposé à Michel d’incarner Monsieur Hire, il a eu des réserves. Le projet était ambitieux. C’est le seul film que j’ai réalisé où il n’y a pas un seul trait d’humour – c’est crépusculaire. 

Michel a été exemplaire dans « Monsieur Hire ». Cependant, j’aurais adoré que Coluche ne soit pas mort : Je lui ai proposé d’incarner Monsieur Hire. Les acteurs de comédie sont très forts lorsqu’ils se mettent à jouer des histoires très sérieuses. L’inverse n’est pas vrai. La comédie est la meilleure école du monde.

.
.
.
.

Dans votre cinéma, que ce soit dans « La Fille sur le pont » (1999), « Confidences trop intimes » (2004) ou encore « Voir la mer » (2011), il y a toujours la femme qui intrigue, qui déstabilise. Le cinéma c’est avant tout de la séduction ?

.
.
.
.

Les personnages féminins dans mon film sont mystérieux mais ne sont jamais des intrigantes qui vont manipuler leur entourage. Ils sèment le trouble chez les hommes mais ce n’est jamais volontaires. Dans « Confidences trop intimes », le personnage incarné par Sandrine Bonnaire est certes provocant mais toujours aimable, tranquille et sentimental. 

J’aime le mystère des femmes mais je fuis celles qui sont vénéneuses.

Je suis même tombé amoureux de Gérard Depardieu en le faisant tourner dans « Maigret et la jeune morte » (2022).

.
.
.
.

Le film « Ridicule » (1996) se passe  au XVIIIème siècle mais parle-t-il également de notre époque ?

.
.
.
.

Avec Rémi Waterhouse, le scénariste, nous nous étions mis d’accord sur le fait de ne jamais dire que notre histoire traitait de l’époque contemporaine. Nous voulions traiter une histoire sur les relations entre les hommes et les femmes, sur le pouvoir, sur la force des bons mots… C’est certes un film d’époque mais ce ne fut pas mon souci. D’autres qui m’entouraient ont su s’en occuper.

.
.
.
.

ridicule

.
.
.
.
Est-ce un film pessimiste ?

.
.
.
.
Je ne le pense pas. Tout d’abord parce que je ne suis pas d’un naturel pessimiste. « Ridicule » est juste le témoin de la fin de quelque chose. C’est un film sur-vitaminé avec la notion d’avenir. La Révolution gronde au loin. A la fin du film, lorsque le marquis de Bellegarde (Jean Rochefort) perd son chapeau le long des côtes anglaises, c’est une scène qui est positive. Même après l’humiliation pendant le bal, Ponceludon (Charles Berling) et Mathilde (Judith Godrèche) partent la tête haute. C’est finalement la Cour qui est navrante. 

.
.
.
.


Dès le début, « Ridicule » est un film brut dès l’introduction…

.
.
.
.

C’était une manière comme une autre de dire que ce n’était pas un simple film d’époque. On annonce une histoire décalée et rugueuse. Le fait même de faire pisser un personnage sur un vieil invalide était provocant mais de plus, il y a un plan, quoique furtif, sur le sexe qui urine. Il a d’ailleurs été coupé dans les versions diffusées dans les avions long courrier. 

Le pénis que l’on voit n’est pas celui de l’acteur Carlo Brandt. C’est celui d’un ami de mon assistant réalisateur. Il avait l’habitude de s’exhiber facilement. On m’a envoyé un polaroid du sexe et j’ai approuvé. Quel métier étrange! La scène était particulière : Il ne devait y avoir qu’une seule prise. Le type ne pouvait pisser sur commande. Je lui ai fait boire de la bière. Lorsqu’il fut prêt, il a enfilé le pantalon de Brandt et nous avons tourné le plan en contre-jour.

.
.
.
.

Vous avez réuni Jean Rochefort, Philippe Noiret et Jean-Pierre Marielle dans « Les Grands ducs » (1996), Alain Delon et Jean-Paul Belmondo dans « Une chance sur deux » (1998). Ce sont des films hommages ou surtout une vraie envie de travailler avec de grands acteurs ?

.
.
.
.

J’ai toujours aimé les acteurs. Les grands ne sont pas là par hasard. Lorsque Delon ou Marielle entrent dans une pièce et commencent une scène c’est incroyable. Vous gagnez un temps fou et c’est un vrai plaisir de tournage. 

.
.
.
.

marielle

.
.
.
.

« Monsieur Bouboule » ‘(2021) est votre cinquième roman. L’écriture vous permet-elle d’aller plus loin que le cinéma ?

.
.
.
.bouboule

Certaines de mes histoires auraient pu être des films. Cependant, je n’aime pas l’idée d’écrire un roman puis de l’adapter au cinéma. « Monsieur Bouboule » ne pourrait être en aucun cas être un film. C’est un roman pur. Même si je suis libre lorsque je réalise un film, en fait je ne suis pas seul, c’est un véritable travail d’équipe. Ecrire un roman vous plonge dans une démarche très solitaire. J’ai même l’impression d’écrire pour une seule personne. Il y a une sorte d’intimité. Lorsque vous réalisez un film, vous le faites pour la masse. Un scénario n’a finalement qu’une écriture provisoire. Par contre, ce que vous écrivez dans un roman sera lu par quelqu’un qui aura acheté le livre.

.
.
.
.   

Vous aimeriez qu’un jour un autre réalisateur adapte vos romans ?

.
.
.
.

Si c’est quelqu’un que j’estime et que j’apprécie le travail, je l’accepterais. Pour l’instant, cela ne s’est pas fait mais adapter le roman d’un autre réalisateur, cela doit tout de même être intimidant.

.
.
.
.

Avec « Patrice Leconte fait son cinéma » (2021), est-ce amusant de devenir le personnage principal d’une bande dessinée ?

.
.

.
.
Ce fut inattendu. Vous avez l’impression d’être comme dans le film de Woody Allen « La Rose pourpre du Caire » (1985). J’ai été dessinateur il y a longtemps et brusquement me voilà le personnage d’une BD. Même s’il me ressemble vaguement physiquement, ce dernier raconte des anecdotes qui me sont vraiment arrivées donc c’est moi. C’est un exercice plaisant. Joub et Nicoby sont venus me voir la première fois il y a très longtemps. Parfois ils m’accompagnaient, parfois non. Cependant, la bande dessinée est vraiment remarquable. En aucun cas, je n’ai changé mon comportement parce que Joub et Nicoby me suivaient. 

.
.
.
.

bd

.
.
.
.

Avec « Maigret et la Jeune morte », vous avez tourné pour la première fois avec Gérard Depardieu. Est-ce un film qui va nous surprendre ?

.
.
.
.

Il m’a en tout cas surpris. J’avais pourtant bien le film en tête. Depardieu a su incarner Maigret de façon admirable. Travailler avec lui m’a beaucoup ému. Je ne me force jamais à tourner avec des acteurs en particulier. Cela viendra ou non. J’aimerais par exemple faire un film avec Jean Dujardin. Avec Depardieu, le moment est venu.

Maigret est un personnage opaque : Il ne se livre pas mais écoute. Malgré son physique, c’est un personnage discret. Depardieu a su magnifiquement habiter les silences. La véritable enquête n’est pas de trouver l’assassin mais de savoir quelle était la personnalité de cette jeune morte que personne ne connaissait. Maigret est ému par ce meurtre. Cette victime de 20 ans aurait pu être sa propre fille. Avec cette grande charge émotionnelle, pour Maigret et pour le spectateur, ce n’est pas une enquête comme les autres.

.
.
.
.

maigret

 .

.
.

Photo de couverture : © Brieuc Cudennec

PARTAGER