« When you play the game of thrones, you win or you die / Quand on joue au jeu des Trônes, soit on gagne soit on meurt » lance Cerseï Lannister à Eddard Stark peu avant l’arrestation de ce dernier.

Cet avertissement est devenu une des phrases-clés de « Game of thrones », la série télévisée inspirée des livres de George R. R. Martin  « A Song of Ice and Fire ».

Alors que l’ultime saison sera diffusée l’année prochaine, nous nous sommes entretenus avec Tatiana Ventôse, autrice et présentatrice du Fil d’actu, sur l’aspect politique de la série culte. Avec la guerre, la trahison ou encore la fourberie, il est clair que le machiavélisme a envahi Westeros.

Au fil des épisodes, Tatiana Ventôse analyse sur YouTube les stratégies et personnalités des différents protagonistes dans son émission « Dracarys ».

Discussion sur une série qui ne finit pas de faire couler…beaucoup d’encre.

 

 

 

Jon Snow est-il l’héritier politique d’Eddard Stark ?

 

 
De prime abord oui car au même titre que Ned Stark, Jon Snow privilégie toujours l’honnêteté. A titre d’exemple, ne sachant pas s’il tiendra parole, Snow ne plie pas le genou face à Daenerys. Ses fonctions de roi dans le Nord ne lui permettent pas de prendre des décisions de manière succincte.

Jon Snow est clairement l’héritier moral de Ned Stark. Par contre, contrairement à ce dernier, Jon Snow a tout de même appris qu’il y avait bien plus important que l’honneur. Pour lui, le bien commun est au-dessus de tout.

 

c14b801a9cd61b2ec36f4b28f851c23fce5f7ec2_hq

 

 

Cerseï, Daenerys, Jon Snow, Tyrion,… au pouvoir. N’est-ce pas la revanche des « marginaux » contre le système antérieur ?

 

 

Je pense que Cerseï est de toute façon vouée à mourir tôt ou tard.

Ceux qui ont survécu tout au fil des saisons sont ceux qui ont été perçus comme des marginaux. Tyrion d’abord puisqu’il est nain, Vert-gris est un eunuque, Jon Snow est, lui, perçu comme un bâtard et Daenerys a été en premier lieu vendue comme esclave sexuelle.

Mais ce sont aussi des personnages forts. Daenerys a réussi à régner par la force mais aussi par sa féminité afin d’accéder au pouvoir. Son objectif est de « briser la roue » (qui symbolise le système de Westeros) pour défendre les faibles. En tant que femme, elle se considère comme leurs semblables et souhaite changer les règles.

Bran, en tant qu’infirme, est un garçon peu considéré au départ. Il est à présent celui qui sait tout.

Sansa, qui longtemps fut une victime, a peu à peu pris de la puissance. Tyrion, comme dans un rite d’initiation, a dû tuer le père pour se libérer.

Pour revenir à Cerseï, auparavant épouse du roi Robert, elle a su s’imposer à Westeros. Ayant eu par exemple les cheveux coupés, on peut remarquer qu’une de ses servantes a elle aussi les cheveux courts. Sa tenue vestimentaire est elle aussi devenue asexuée.

 

 cerseijamie-min

 

 

Le peuple de Westeros peut être à la fois soutien politique ou masse haineuse. La majorité est-elle secondaire dans le jeu des trônes ?

 

 

 

Le peuple n’existe pas de manière innée avant d’être construit. A partir du moment où il y a des dirigeants qui tiennent le royaume sans prendre en compte le peuple, celui-ci n’a pas de réelle identité.

Un peuple se construit et se déconstruit selon le récit que l’on donne. La crise de Westeros est provoquée par le fait que le pouvoir est en déliquescence et que le peuple n’a pas d’identité propre.

Ce qui change c’est quand le peuple prend conscience de sa force. Lorsque le Grand moineau arrive à Port Réal, il utilise la population comme moyen de pression, condamne la décadence morale de la couronne et dénonce la misère. La légitimité du souverain même est remise en question. A ce moment-là, le roi Tomen est jugé comme illégitime puisque bâtard et il n’est pas le fils du roi Robert.

Daenerys a compris la question du récit pour Essos où elle a su désigner les ennemis : les marchands d’esclaves. A Westeros, elle n’a cependant pas réussi à avoir le peuple à ses côtés.

Le peuple devient de plus en plus acteur par ses errements et ses défauts. Lors du triompheimage d’Euron Greyjoy, ceux qui conspuent Yara et les Martell sont ceux qui ont humilié Cerseï lors de sa marche de la honte.

Il n’existe pas de peuple qui préexiste. Comme pour la scène avec Ed Sheeran ou celle du père et de sa fille retrouvés par le limier morts de froid chez eux, il s’agit de gens simples qui ont des demandes simples : vivre une vie sans désir de pouvoir et sans guerre. Le peuple prend conscience du politique lorsque celui-ci n’arrive plus à s’occuper de lui, c’est-à-dire lorsqu’il ne peut plus garantir la paix civile.

 

 

La force et la ruse sont-elles préférables à la concorde et la popularité à Westeros ?

 

 

 

Il faut distinguer les personnes qui entourent le pouvoir. Varys et Lord Baelish sont de bons politiques mais ils n’ont poursuivent pas le même objectif.

Varys incarne la raison d’Etat et le bien commun. Il abandonne le pouvoir en place lorsqu’il considère que ceux qui dirigent ne peuvent pas garantir la paix civile.

Lord Baelish est l’incarnation du mythe néo-libéral. Il est parti de rien et s’est construit Varys-Littlefinger-1-107lui-même par la ruse et la chute des autres.

Au départ, pour survivre dans le monde de la Cour, il faut savoir maîtriser de tels atouts. Cependant, il y a, à présent, un autre contexte où le seul enjeu est de survivre. La menace des marcheurs blancs a brusquement interrompu le jeu des trônes.

Jon Snow a quelque part pris la bonne décision en disant la vérité à Cerseï. Son objectif est de préserver la vie. Au final, en politique, tout est affaire de contexte. Le plus difficile est de s’adapter aux règles qui changent constamment.

 

 

 

Y’a-t-il un monopole de la pensée chez les mestres qui ne permet pas à Westeros d’être moins dominé par les différentes familles régnantes ?

 

 

 

 

Les mestres représentent une élite déconnectée. Le savoir n’est pas enrichi. Il est même détenu dans la citadelle par des personnes qui ne souhaitent pas agir comme des hommes de science. Rien n’est remis en question car les mestres pensent qu’ils sont les seuls à détenir le savoir et donc la vérité. Lorsque Sam souhaite les alerter sur la menace des marcheurs blancs, les mestres ne le comprennent pas et l’ignorent.

 

 

 

Jon Snow et Ramsay Bolton, deux bâtards, ont pris des chemins diamétralement opposés. L’un perpétue l’héritage familial pour se légitimer alors que l’autre détruit pour mieux régner. Comment expliquer la défaite de Ramsay et la victoire de Jon Snow ?

 

 

 

Ramsay est un fin politique et un grand manipulateur. Il est également sociopathe et c’est sa folie qui va causer sa perte. Lorsque Machiavel affirme que pour gouverner il faut mieux être craint qu’être aimé, il dit aussi qu’il ne faut pas non plus être haï.

Ramsay est aussi une caricature du mal alors que Jon Snow a su ressuscité et rassembler. Les deux figures sont diamétralement opposées. Choisir son camp ne fut pas compliqué.
4616970.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

 

 

Les dieux de Westeros sont-ils surtout les spectateurs de ceux qui les vénèrent ?

 

 

Il y a les nouveaux dieux vénérés par les « moineaux » et le dieu de la lumière de Melissandre. Le dieu le plus important et souvent oublié c’est le dieu multi-faces servi par Jaqen H’ghar.

Au-delà de toutes ces questions d’ordre spirituel, Jon Snow a conscience de la fragilité de la vie et que finalement le seul grand ennemi c’est la Mort. Face à elle, on ne peut gagner.

Les dieux sont surtout des projections, des personnes de la culture collective dans une époque définie. Les nouveaux et anciens dieux cohabitent dans ce royaume mais ne sont pas réellement présents. Ils sont juste spectateurs.

 

 

Un monde ouvert (sans frontières) est-il une force ou une faiblesse ?

 

 

Le problème c’est l’interprétation humaine des événements d’autrefois. Pour apprendre, il faut expérimenter. Lorsque le mur a été construit pour se protéger des marcheurs blancs. Au fil du temps, il y a eu une mauvaise interprétation et les hommes ont conclu qu’il s’agissait de légendes et que la menace c’était finalement les sauvageons. Les erreurs d’interprétation ont mené à des conflits entre les hommes alors que le seul ennemi c’est la Mort. Le roi de la nuit et sa horde en sont le symbole.

 

 

Le roi de la nuit n’est-il pas le protagoniste le plus anti-système ?

 

 

 

Nous ne connaissons pas encore ses motivations. Il reste un personnage mystérieux mais indexqui semble impossible à arrêter. Il est un danger pour tous ceux qui sont vivants. D’une certaine manière, le roi de la nuit et ses marcheurs blancs ont réussi ce que personne n’a su faire : Unir l’ensemble royaume de Westeros.

Afin de définir une communauté, il faut un ennemi commun. L’identité d’un groupe se construit par rapport à un autre. Par le chaos qui l’accompagne, le roi de la nuit symbolise la frontière infranchissable qu’il y a entre Westeros et la Mort.

 

Pour suivre Tatiana Ventôse :

Sa chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC0cT8BZdFUmC0vgr1XS7aPA

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/Tatiana-Vent%C3%B4se-1949154848644734/

Son compte Twitter : https://twitter.com/TatianaVentose

 

40261727_10156622069299293_1970091607365517312_n

 

PARTAGER