IMG_7319Le festival Burning Man est chaque année le grand rendez-vous fin août dans le désert de Black Rock (Nevada). Artistes ou simples citoyens du monde entier à la recherche d’un nouvel univers qui rappelle celui de Mad Max, chacun a ses propres motivations. Mais, victime de son succès, « l’homme qui brûle » exige beaucoup d’organisation, d’argent et de patience pour ceux qui veulent dire « burners » pour quelques jours. Nicolas Stadler, architecte à Tours, nous raconte ses raisons d’avoir tenter l’aventure et son expérience en plein milieu des Etats-Unis et pourquoi l’année prochaine il compte bien y retourner.

– Pourquoi avoir décidé de tenter l’aventure Burning man l’année dernière? Quelles étaient vos motivations? Vous étiez seul?

Depuis une quinzaine d’années, je rêvais d’aller à BM (Burning Man). Je ne sais plus où j’en avais entendu parlé mais c’était un rêve.
J’en ai parlé à ma femme, je lui ai montré des photos et elle m’a dit banco! C’est même devenu notre voyage de noces!
Nous avons tous les deux un métier créatif (designer et architecte), du coup, l’univers de BM est parfait pour nous, très enrichissant. Et nous sommes aussi de grands enfants! On adore explorer, créer, rencontrer des gens.

– Quels conseils pourriez-vous donner pour l’inscription, le voyage, le séjour, le matériel indispensable,…?

BM se prépare, c’est certain. Il faut obligatoirement s’y prendre un an avant au moins pour se tenir informé sur la vente des billets.
C’est bien ça le plus dur, avoir des billets. En 2015, il fallait avoir cliquer dans les deux premières secondes après l’ouverture de la vente pour espérer acheter un billet. Mais si vous n’en avez pas, pas de panique, il s’en revend beaucoup un mois avant l’événement.
Pour le voyage, soit vous arrivez à San Francisco, soit à Réno deux ou trois jours avant, le temps de faire les courses et la route.
Les courses sont la tâche la plus fastidieuses mais aussi la plus importante!! BM édite chaque année un guide de survie dans lequel tout est indiqué pour vivre sur place. Car c’est une des règles principales de BM, être auto -suffisant. Pour cela, il faut 7 litres d’eau par jour et par personne (on est dans le désert), à manger matin, midi et soir et tout le matériel utile à la survie:https://docs.google.com/spreadsheets/d/1Fhgmu82ZHFIp2QNUu_Co3vc5ecRCaQUEJDb7JRLzEuk/pub?gid=0

Dans les essentiels du matériel il y a une tente, un vélo (c’est très très grand!!!), des lumières à accrocher sur soi et son vélo, des vêtements chauds et froids, des piles….

Si on veut moins s’embêter et rencontrer facilement du monde, on peut s’inscrire dans un camp, qui pour une cotisation, se chargera de vous fournir l’eau, les repas et parfois une tente et un vélo. Par contre il faut donner 4 heures de son temps tous les jours au fonctionnement du camp (mais donner c’est le principe de BM)

–  La fréquentation est de plus en plus importante chaque année. Ce n’est pas trop un défaut?

Non, absolument pas!! Tous les articles qui disent le contraire sont faits par des gens qui ne sont jamais allés là-bas! Et concernant les mythes sur les VIP, on en voit aucun!
Plus de monde signifie plus d’argent pour des œuvres artistiques encore plus folles! Mais de toute façon le Nevada interdit plus de 70000 personnes.

– Quels types de burners avez-vous rencontré? Qu’est-ce que les visiteurs recherchent en particulier?

 

Il n’y a pas de types de burners. On vient tous pour être et faire ce que nous sommes vraiment quand personne n’est là pour nous juger.
Nous avons été étonnés de passer des moments avec des gens plus jeunes, plus vieux ou de notre âge sans même s’en rendre compte sur le moment. Là-bas, on ne se pose jamimg_7149ais de question sur l’apparence des autres. On peut aussi bien faire la fête avec un papy de 80 ans à 15H en buvant des shots de vodka, que discuter tranquillement avec une per
sonne de notre âge à moitié à poil en buvant du thé à 22H!! (c’est du vécu)
Et je pense qu’il n’y a qu’une seule chose que tous les burners recherchent: c’est un endroit où pendant une semaine les gensne jugent pas. On se sent réellement libre et bien dans ses pompes.

Y’a-t-il des points négatifs au Burning man?

Oui, ça ne dure qu’une semaine! Sérieusement, il n’y a pas vraiment de points négatifs si vous avez l’esprit ouvert. C’est juste très dur ensuite de ne pas avoir envie d’y retourner.

– Le Burning man est-il selon vous un symbole libertin (au sens large!) de notre époque? un hommage aux 5 sens?

C’est sans contexte un symbole de liberté. Là-bas, on nous demande d’être responsable de soi même, personne n’est là pour nous tenir la main. Du coup, toutes les lois et règles sautent et on s’aperçoit que quand on donne la possibilité aux gens de faire ce qu’ils veulent, ils s’auto-gèrent. Par exemple, on peut grimper sur la plupart des installations artistiques, qui font parfois plus de 10m de haut, et il n’y a aucune mesure de sécurité, et bien personne ne tombe. Il n’y a d’ailleurs que très peu d’accidents à BM.
Les burners viennent chercher la liberté, nous vivons dans une société où il y a une loi pour tout!

– Quels sont les infrastructures, les véhicules mutants, les costumes et même les burners qui vous ont le plus marqué?

Les œuvres sont vraiment impressionnantes. Ma préférée était une femme géante en métal. Magnifique.

burning-manVous passez des journées à aller d’œuvres en œuvres,c’est complètement fou!
Les art cars sont une des choses les plus extravagantes et impressionnantes des lieux. Il faut vous imaginer en train de marcher et tout d’un coup, vous croisez un bateau pirate sur lequel des dizaines de burners font la fête. Vous continuez et soudain un scorpion géant vous coupe la route puis vous croisez un flipper de 7m de haut! Le plus impressionnant vient la nuit quand tous ces art cars s’illuminent (comme tous les vélos et burners) et deviennent de vrais objets animés! Pour moi les plus beaux sont la maison steampunk roulante (the house on wheels) et l’octopus crachant des flammes.
Pour les costumes les plus fous, c’est impossible à dire, il y en a tous les 10m!!! Vous en verrez pas mal sur internet mais pas les meilleurs car google fait évidemment ressortir des filles dénudées, qui ne sont pas non plus légion sur place.img_7432

Il faut bien se rendre compte que tout cela fait qu’être à BM, c’est être dans un râve pendant 7 jours. On se pince très souvent pour y croire!

– Pour quelles raisons vous avez décidé de retourner l’année prochaine au Burning man et qu’attendez-vous de ce retour?

On y retourne car c’est l’endroit où nous nous sommes sentis le mieux sur terre! Pas d’argent, pas de lois, pas de jugements, pas de contraintes, pas de frontières. C’est bien pour ça qu’on vous dit « welcome home » en arrivant!
Cette fois, on en profitera dès la première minute! La première fois, il faut un peu de temps pour comprendre ce qu’il se passe et pour se faire à l’idée qu’on peut tout faire, comme on en a envie! C’est pas tout de suite évident d’être totalement libre.
On veut aussi proposer une installation pour l’année prochaine!

14054994_10153754174786717_5460734654330232301_n

 

PARTAGER